Des pointures romandes en lice pour la direction du Service de renseignement de la Confédération.

L’annonce avait provoqué quelques haussements de sourcils dans les milieux sécuritaires et politiques. En 2009, pour diriger le tout nouveau Service de renseignement de la Confédération (SRC), Ueli Maurer avait choisi un homme qui a fait toute sa carrière au sein de l’administration fédérale, sans expérience dans le domaine du renseignement: Markus Seiler. «C’était totalement inattendu, une manœuvre bureaucratique dans le cadre du Kremlin bernois», se souvient un initié.

Lire l’article